Méritante: chevalière de l’Ordre du Mérite

Avant hier, j’ai été décoré de l’Ordre du Mérite par Mr Besson, Secrétaire d’État chargé de la prospective, de l’évaluation des politiques publiques et du développement de l’économie numérique (c’est long comme titre…)

Remise de décoration de chevalier de l’ordre du Mérite par Mr le ministre Besson

Après avoir reçu le courrier de Mr le Président Sarkozy (précieusement gardé) m’annonçant ma nomination au rang de chevalier d’Ordre du Mérite au printemps dernier, je m’étais vraiment posé la question de savoir à qui j’allais demander de procéder à la remise officielle. En ballotage, était-il plus logique ou préférable de demander à Mr Besson ou à un officiel local de Clermont Ferrand ? Et puis comment se passe ce genre d’évènement officiel ? Mystère.

Comme toute bonne internaute, j’ai foncé sur Google. Première surprise, l’indigence complète d’information. A part un site officiel très généraliste et deux ou trois discours publiés sur le net, il n’y a pas grand chose. Ah oui, un peu d’info sur Wikipedia bien sûr, mais vraiment pas grand chose.

Deuxième étape: direction la préfecture. Je suis tombée sur une secrétaire adorable, qui m’a félicité et éclairée quelque peu: la remise doit être faite uniquement par une personne ayant déjà reçu cette décoration; elle doit être de préférence faite dans l’année (une façon de montrer à l’état que nous sommes reconnaissants de la distinction faite); il existe des sections locales organisées sous forme d’associations 1901 et permettant aux décorés de se rencontrer; et il faut acheter la médaille à l’avance (j’ai oublié le prix exact, dans les 10 euros à la louche; je serais curieuse de connaître le coût des grades vraiment importants car j’ai appris au passage que l’origine des médailles remontait à Napoléon, qui avait ainsi trouvé ainsi un bon moyen de remplir les caisses mises à mal par les guerres).
Assez logiquement, j’ai demandé à la personne de la préfecture une liste des personnes « habilitées » et mon grand étonnement, il m’a été répondu qu’il n’existait pas de base de données nationale, uniquement locales, apparemment tenues par les associations susmentionnées. Elle avait à côté d’elle la liste « puy de dome », et uniquement la liste puy de dome… diantre… il n’y a pas de base de données des décorés à l’échelle nationale… en tous cas, pas de base publique. J’ai évoqué mon souhait possible de me faire décorer par une femme: gros embarras sur la ligne… « hmmm, y a pas grand monde… celle ci est décédée il y a deux mois… celle ci est vraiment agée… enfin, vous savez, normalement, c’est fait par le préfet ou par le recteur; vous voulez leur numéro de téléphone ? »

Oulllllla, patience…

J’ai donc réfléchi aux différentes options. J’aimais bien l’idée de demander à Mr Besson car je le considère un peu comme mon ministre de « tutelle » (référence à mon mari qui parle toujours de « mon ministre » ou de « ma ministre » au gré des gouvernements); je l’ai déjà rencontré; il est sobre et discret ce qui me plait; il a de l’humour ce qui me plait aussi; c’est un ancien socialiste ce qui me plait toujours; à défaut de proposer pile-poil les lois qui nous plairaient, il fait avancer les choses et n’a pas l’air sur le fond radicalement opposé à Wikipedia. Côté face, il est à Paris (ce qui exclu de la cérémonie mon mari et mes enfants et contribue à faire de Paris le centre du monde). Et il est à la merci d’un scandale financier qui lui ferait tout annuler au dernier moment pour cause de réunion ministérielle.
L’Auvergne… le côté pile serait la facilité d’organisation. La possibilité d’inviter non seulement des potes, mais aussi le gratin de personnalités locales. Et l’opportunité de mettre en peu en valeur les acteurs du secteur internet dans une région assez pépère. Le côté face est que je ne connais pas vraiment ni le préfet, ni le recteur, et que je n’ai aucune raison de penser qu’ils connaissent et apprécient nos projets. Et je ne parle même pas de certain responsable qui soit annule ma participation dans certains évènements (la mauvaise réputation de Wikipédia pouvant entacher la réputation des projets locaux), soit profite d’occasions publiques pour mettre des petits coups de latte bien sentis (comme lors de la remise de diplomes ESC début décembre). Alors bon, je ne suis pas rancunière, mais je n’ai pas envie qu’un discours de remise de décoration soit l’opportunité pour qui que ce soit de régler ses comptes avec l’encyclopédie à petites touches mesquines. L’Auvergne souffre d’un grave déficit d’image en dépit d’atouts certains, mais ne fait pas vraiment d’efforts pour améliorer cette image et faire sa promotion, donc je ne suis même pas sûre que le fait de faire la remise en Auvergne intéresserait qui que ce soit.

Donc bref, va pour Monsieur le Ministre.

Et maintenant que l’évènement est passé, si ce n’est l’absence de mon mari et des enfants, je suis ravie de ma décision.

J’ai été terriblement émue pendant le discours de Mr Besson, au point que pendant quelques secondes, j’ai envisagé de ne pas dire un seul mot après, juste « merci » et rien d’autre. C’est fou comme le trac ou l’émotion peut rendre stupide. J’ai réussi à me remettre de mon émotion pour pouvoir un peu parler… mais dans mon trouble (avec un total manque d’habitude de ce genre d’occasion et donc une absence de ce réflexe automatique qu’aurait un autre), j’ai oublié de donner à chaque fois leurs titres au ministre et au président. Misère… et pourtant, je savais. Mais… voilà. Je me suis rappelé de mes crises de trac de l’adolescence, celles qui me rendaient muette en raison d’un accès de spasmophilie. Ou bien la paralysie au milieu d’une place noire de monde. Bon, dans ce cas, j’ai perdu mes mots. Snif.
Pour le reste, j’étais ravie et je garderais un excellent souvenir de la soirée. Mr Besson a fait un très joli discours, lequel a été apprécié par les personnes présentes. Pas de blabla empoulé et ennuyé. De l’humour et beaucoup de gentillesse. Dixit les mots d’une personne présente: « il m’a paru ouvert et aimable ». Environ 35 ou 40 personnes devaient être présentes; et 2/3 des personnes invitées avaient pu venir: des membres de ma famille, paternelle, maternelle, belle-famille; une poignée d’amis; Isabelle Juppé qui m’avait présenté à Mr Besson il y a quelques mois; des wikipédiens; et quelques acteurs gravitant dans la sphère du mouvement libre. J’espère qu’ils ont passé une bonne soirée 🙂 Allez zou, une ptite photo de David M. J’en ignore la licence… Merci David.

Quant à la section locale des décorés… elle prévoit une galette des rois à Aulnat début janvier…

Ajouté ultérieurement

Ajouter un commentaire


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.